Entete_OuiQc_630x130

Introduction 

Nous présentons ici le premier plan stratégique des Organisations Unies pour l’Indépendance (OUI-Québec) qui a succédé, le 6 décembre 2014, au Conseil de la souveraineté du Québec. Ce  plan stratégique donne suite aux résolutions adoptées par le Rassemblement destiNation des 20 et 21 septembre qui a réuni plus de 1000 indépendantistes de toutes allégeances.

Ce plan stratégique conclue la transformation du Conseil de la souveraineté en une organisation permanente de la société civile, dotée de moyens accrus, ayant pour mandat de concerter les  différentes organisations pour mettre l’indépendance au coeur du débat public au cours des trois prochaines années. Des plans d’action annuels fixant les actions précises, les priorités et les échéances suivront, le premier au début de 2015.

On trouvera dans les pages qui suivent un ensemble d’orientations et de moyens regroupés autour de cinq grands objectifs : la convergence des indépendantistes, l’approfondissement du projet indépendantiste, l’animation du débat public sur l’indépendance, la mobilisation et l’action politique sur le terrain, le financement stable et permanent de l’action indépendantiste de la société civile.

1. Assurer la convergence de tous les indépendantistes 

Les Organisations Unies pour l’Indépendance (OUI Québec) à la convergence de tous les indépendantistes en vue de l’émancipation nationale des Québécoises et des Québécois;

1.1 En convoquant périodiquement un grand Rassemblement du mouvement indépendantiste à l’image de destiNation, tenu en septembre 2014. Ce rassemblement, ouvert à tous les citoyennes et citoyens qui appuient l’indépendance quels que soient leurs choix partisans, se réunira, au moins à tous les deux ans pour tracer les grandes orientations du mouvement indépendantiste citoyen ;

1.2 En élargissant son caractère d’organisation parapluie, large, non-partisane, ouverte à toutes les personnes et aux groupes de la société civile, en assurant un équilibre hommes-femmes, intergénérationnel et socioculturel, notamment au sein de son Assemblée générale, de son Conseil d’administration et de ses tables régionales;

1.3 En mettant en place des mécanismes d’échange continu avec les organisations membres en vue de mener une campagne citoyenne permanente pour l’indépendance du Québec, en assurant la répartition des responsabilités et la coordination des activités, en appuyant les initiatives de l’une ou l’autre des organisations et en obtenant la participation d’autres groupes lorsque souhaité par l’organisation initiatrice;

1.4 En créant des comités de liaison avec les communautés culturelles, les autochtones, les gens d’affaires, les réseaux féministes, écologiques et artistiques pour assurer une communication régulière et stimuler la collaboration et l’appui mutuel aux revendications de ces groupes dans la perspective de l’indépendance du Québec ;

1.5 En mettant en place une table de concertation avec les partis politiques indépendantistes en vue d’échanger sur les orientations, de coordonner les actions et d’établir un argumentaire et une position commune à l’égard de l’indépendance d’ici les prochaines élections québécoises.

2. Faire progresser la réflexion sur l’indépendance 

Les Organisations Unies pour l’Indépendance (OUI Québec) feront progresser la réflexion sur l’indépendance, dans la foulée des orientations tracées par les rassemblements citoyens de 2013 et 2014;

2.1 En constituant une Commission nationale du programme chargée d’actualiser l’argumentaire indépendantiste dans la foulée du rapport final des États généraux sur la souveraineté, et de définir le contenu des instruments de formation en appui à l’action politique ;

2.2 En assurant la promotion d’une démarche constituante non-partisane, fondée sur la souveraineté populaire, permettant aux Québécois.es de définir leur propre constitution par la mise en place d’un dialogue national non-partisan sur les pouvoirs du Québec,  et une campagne de sensibilisation au sein des organisations membres du OUI-Québec et des partis politiques indépendantistes;

2.3 En poursuivant le travail de réflexion sur les aspects économiques de l’indépendance et en animant une campagne permanente de sensibilisation et de formation des militants sur les aspects économiques de l’indépendance,  afin de contrer la peur économique et ainsi convaincre de la nécessité et de l’urgence d’être indépendant.

2.4 En réclamant, appuyant ou organisant (référendum d’initiative populaire) la tenue de consultations populaires consultatives, et éventuellement décisionnelles, permettant au peuple québécois de se prononcer sur l’indépendance du Québec ;

2.5 En assurant la rédaction d’un livre blanc exposant concrètement les avantages de l’indépendance, notamment quant au régime politique républicain d’un Québec indépendant, au développement durable et à l’environnement, au développement économique et de l’emploi, à la solidarité sociale, à la laïcité, à la langue et la culture du Québec;

2.6 En élaborant des outils de formation et d’éducation populaire synthétiques et vulgarisés, portant sur des enjeux nationaux et régionaux, notamment destinés aux communautés culturelles et aux jeunes de 18 à 35 ans ;

2.7 En créant un groupe de travail chargé de définir les paramètres d’une relation d’égal à égal entre la nation québécoise et les premières  nations dans un Québec indépendant.

3. Alimenter un débat public sur l’indépendance 

Les Organisations Unies pour l’Indépendance (OUI Québec) alimenteront le débat public sur l’indépendance;

3.1 En mettant en place un comité national de communication dont le mandat sera :

  • de préparer une stratégie de communication proactive liant systématiquement l’indépendance aux débats d’actualité, en martelant les idées fortes de la logique indépendantiste,
  • de diffuser les résultats des travaux de la Commission nationale du programme et les prises de position favorables à l’indépendance ;
  • de renouveler les outils de communication avec les militants et la population tels que sites Web, émissions de WebTV, conférences vidéos et audio, imprimés et affiches ;

3.2 En réalisant une campagne pour aller à la rencontre et à l’écoute des Québécois.es et des organisations de la société civile (rencontres, assemblées publiques, porte-à-porte, assemblées de cuisine) dans les régions et au plan national ;

3.3 En organisant et en diffusant de manière systématique la réplique indépendantiste aux messages négatifs au moyen d’une veille médiatique assumée par des « Clubs OUI-Québec » intervenant sur les blogues, les lignes ouvertes et les médias sociaux.

3.4 En prenant position dans les grands dossiers internationaux sur la base des principes fondateurs des Nations unies, en dénonçant les prises de position et les actions du Canada qui y contreviennent ou qui nient l’application intégrale de la doctrine Gérin-Lajoie sur les compétences internationales du Québec, et en collaborant avec les organisations et les membres des diverses diasporas qui habitent au Québec pour développer des argumentaires et des outils de promotion destinés à leurs réseaux internationaux.

4. Réaliser des actions concertées de mobilisation 

Les Organisations Unies pour l’Indépendance (OUI Québec) soutiendront des actions concertées de mobilisation et d’action politique citoyenne;

4.1 En appuyant le développement dans toutes les régions du Québec d’actions de terrain permanentes telles que le porte-à-porte pour l’indépendance (Opération Bélier) et les assemblées de cuisine ;

4.2 En complétant le réseau des tables de concertation non partisanes dans toutes les régions du Québec, regroupant en leur sein des membres issus de tous les horizons de la société civile et des instances régionales des grandes organisations nationales, dans le but d’orchestrer des actions militantes concrètes visant spécifiquement la promotion active et permanente du projet d’indépendance nationale ;

4.3 En élaborant et en implantant une stratégie de formation et d’instrumentation des militantes et des militants (guides méthodologiques) pour former des multiplicateurs et rejoindre les citoyens en dehors des cercles indépendantistes;

4.4 En organisant des tournées de personnalités indépendantistes dans les régions pour rejoindre les indécis et les sympathisants démobilisés;

4.5 En organisant des actions concertées telle que des pétitions, des campagnes d’affichage de panneaux-balcons « un nouveau pays pour le monde » et d’autocollants « souverainistes à bord »; des marches et des rassemblements publics, etc.;

4.6 En soutenant les initiatives citoyennes militantes par l’accès centralisé aux différentes communications et agendas des organisations indépendantistes, par la mutualisation des argumentaires, des outils de travail et des méthodes d’action, ainsi que par le réseautage militant afin de concerter les efforts.

4.7 En misant sur des approches et des pratiques d’éducation populaire et de démocratie participative.

4.8 En identifiant, en faisant la promotion et en distribuant des symboles permettant aux indépendantiste de s’identifier comme tel.

5. Réunir un financement accru et récurrent

Les Organisations Unies pour l’Indépendance (OUI Québec) mettront en place des mécanismes de financement stables et permanents pour appuyer la réalisation de son plan stratégique et de ses plans d’action;

5.1 En créant à très court terme une Fondation pour le OUI chargée de réunir des fonds importants par souscriptions populaires mensuelles de la part des organisations et des personnes favorables à l’indépendance du Québec ;

5.2 En créant un groupe de travail chargé de définir et de proposer, pour adoption par le Conseil d’administration du OUI-Québec, une stratégie de financement de la Fondation pour le OUI ainsi que des mécanismes de gestion des fonds recueillis ;

5.3 En regroupant en appui à la Fondation pour le OUI des personnalités connues jouant le rôle de fondateur et de porte parole;

5.4 En continuant à tenir périodiquement des activités nationales et régionales de financement telles que cocktail-bénéfices, diners champêtres, évènements régionaux.